En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à améliorer la performance de ce site et à vous proposer des services et contenus personnalisés.

X
Actualités

15 mai 2018

Quels dangers sur la route ?

Lire un message au volant multiplie le risque d’accident par 23. Malgré l’interdiction d’utiliser son téléphone au volant, 30% des conducteurs reconnaissent lire leurs messages au volant. En cette semaine des Journées de la Sécurité Routière au travail, faisons un point sur les dangers du volant.

La vitesse

D’après la sécurité routière, la vitesse est présente dans 31% des accidents en 2016. Le champ de vision se réduit et il est plus difficile de manœuvrer.

Plus la vitesse est élevée, et plus le risque d’accident augmente : la distance d’arrêt s’allonge en fonction de la vitesse.

  • La distance d’arrêt correspond à la distance parcourue pendant le temps de réaction du conducteur et la distance de freinage. Plus on roule vite, plus la distance de réaction et de freinage sont longues.
    A 50km/h il faut 28m pour s’arrêter et à 130 km/h, 129m sont nécessaires pour s’arrêter.

En cas de collision, l’impact sera également plus fort en cas de vitesse excessive.

Alcool

L’alcool est l’une des premières causes de mortalité sur la route en causant 1 tiers des accidents mortels. Une personne qui a bu a 8,5 fois plus de risque de causé un accident mortel.

  • Les accidents causés par l’alcool arrivent le plus souvent la nuit et le week-end, sur des routes secondaires.

Pour lutter contre ce « fléau » qui touche plus particulièrement les jeunes, le taux d’alcool autorisé est de 0,2 g/l pour les jeunes permis (contre 0,5 g/l pour les autres conducteurs).

L’alcool est dangereux car son effet impact directement le comportement des conducteurs : baisse de visibilité et réflexes réduits.

Les conseils sécurité pour ne prendre aucun risque si vous prenez le volant après une soirée :

  • Ne buvez pas
  • Faites-vous raccompagner
  • Prenez un taxi
  • Restez sur place
  • Faites un éthylotest

Stupéfiants

En France il est interdit de consommer des stupéfiants et de prendre le volant en ayant consommé de la drogue.

Les stupéfiants agissent directement sur la perception, l’humeur, les réflexes et allongent le temps de réaction en impactant la vision et l’audition de l’automobiliste. Un conducteur ayant consommé de la drogue représente un risque sur la route, que ce soit pour lui ou pour les autres.

  • En 2016, 22% des tués l’ont été dans un accident causé par la prise de stupéfiants (qui double le risque de causer un accident mortel).
  • La consommation de drogue et d’alcool simultanée augmente par 15 le risque d’engendrer un accident mortel

Fatigue

Une personne qui est fatigué et qui somnole est aussi dangereuse au volant, même si elle est sobre.

  • 1 accident mortel sur 3 sur autoroute est dû à la somnolence.
  • Les longs trajets et la vitesse élevée fatiguent davantage les conducteurs.

La fatigue se traduit par une difficulté à rester concentré et lorsque le regard est fixe, tandis que la somnolence se traduit par des bâillements, une forte envie de dormir et des périodes d’endormissement de quelques secondes.

En s’endormant pendant quelques secondes (1 à 4 secondes suffisent), la trajectoire du véhicule peut être déviée et les réflexes peuvent être altérés, ce qui est source d’accident.

Téléphone

Depuis 2015, en plus de l’interdiction de tenir en main un téléphone, les conducteurs n’ont plus le droit d’utiliser les oreillettes, écouteurs et casque audio. Seuls les véhicules et casques équipés de bluetooth sont autorisés.

Ces restrictions ont été mises en place afin de limiter au maximum le nombre d’accidents causés par l’utilisation du téléphone au volant. En effet, le téléphone distrait le conducteur et diminue les bruits environnants qui peuvent signaler des situations d’urgence.

  • Téléphoner multiplie par 3 le risque d’accident ; lire un message par 23.
  • Il est responsable d’1 accident corporel sur 10.

Assurance

Solly Azar couvre la plupart des profils conducteurs, qu’ils soient bons conducteurs ou conducteurs dits ‘risques aggravés’.

Un conducteur malussé, ayant des antécédents de sinistres ou une interruption d’assurance par exemple, aura plus de mal à s’assurer et paiera son assurance au prix fort. Solly Azar a créé pour eux une assurance auto accessible et couvrante, un excellent rapport garanties/prix pour donner une seconde chance aux automobilistes.

L’assurance auto bons conducteurs de Solly Azar est conçue pour répondre aux besoins des conducteurs ayant un bonus compris entre 0,50 et 0,72 et n’ayant pas eu plus de 3 sinistres au cours des 3 dernières années. Cette assurance leur propose une couverture optimale pour une cotisation très compétitive.

[Sources : Sécurité Routières]

Assurance moto

Pour en savoir plus sur nos assurances moto:

Découvrir notre gamme

 

Assurance auto

Pour en savoir plus sur nos assurances auto :

Découvrir notre gamme